La numérisation a besoin d’une forte protection des données

Lors de cette première journée suisse du digital, les opportunités de la numérisation sont soulignées à juste titre. privatim, la Conférence des préposé(e)s suisses à la protection des données souligne elle-aussi l’importance du passage au numérique pour l’économie suisse. Mais si la numérisation se fait au dépens de la protection de la personnalité des citoyennes et des citoyens, elle risque de mettre en jeu la confiance et l’acceptation indispensables à la réalisation de son potentiel.

La numérisation avance à grands pas, offrant des importantes opportunités à l’économie et à la population suisses. Elle permet aux autorités ainsi qu’aux entreprises de diminuer les coûts et de s’ouvrir à de nouveaux domaines d’activité, d’enrichir la palette de leurs services et de croître. privatim reconnaît donc le potentiel du passage au numérique et son impact sur la place économique suisse.

Par contre, privatim refuse catégoriquement toute tentative d’opposer les chances de ce développement au respect des droits citoyens. Certains, en montant la numérisation contre la protection des données, tentent de nous faire croire que le progrès digital est fondamentalement inconciliable avec le droit à la protection de la personnalité et qu’il convient donc simplement d’y renoncer. Une telle attitude méconnaît que sans la confiance et sans l’acceptation de la population, les chances de la numérisation risquent tout simplement d’être anéanties.

Une numérisation sans bornes équivaudrait à une vie sous surveillance permanente. Personne ne peut aspirer à ce genre de totalitarisme digital, qu’il soit de nature étatique ou économique. Pour cette raison, la numérisation doit être gérée de manière à ce qu’elle soit acceptable pour les citoyennes et citoyens et compatible avec une société libre et démocratique. La réussite de la numérisation est indissociable de la protection des données. Ceux qui, lors de cette première journée suisse du digital, s’y méprennent ont déjà perdu.
Personne de contact :   Dr. Claudia Mund, membre du Bureau privatim, Préposée à la protection des données du canton de Zoug,, claudia.mund@zg.ch, 041 728 31 87 (21.11.2017 dès 13:30 heures)

 

Articles similaires

Avant-projet de la LPD Une occasion de renforcer la protection des données privatim salue l’avant-projet (AP) de la révision totale de la loi fédérale sur la protection des données (LPD). Il
La numérisation a besoin... Lors de cette première journée suisse du digital, les opportunités de la numérisation sont soulignées à juste titre. privatim, la Conférence des préposé(e)s suisses à la protection
Aide-mémoire sur les ris...   Dans le cadre du traitement des données, les organes publics se servent toujours plus de prestations de tiers. Cela conduit à l’utilisation toujours plus fréquente de
L’authentification fort... Les profils des utilisateurs qui renseignent leur numéro de téléphone comme second facteur d’authentification deviennent automatiquement identifiables auprès de tous sur le réseau social. 4.3.19, 01net.com
Tâches de police de la C... Privatim salue l’orientation générale du projet, qui simplifie les voies de droit en unifiant le droit de la police actuellement en vigueur; il reste toutefois des remarques
«Nous confions tout à u... Jonathan, hacker professionnel berlinois appelle les internautes à se protéger d’un monde numérique capable aujourd’hui de biaiser la réalité et dans lequel des individus isolés peuvent menacer
Nouvelle loi sur le dossi... La cybersanté représente un enjeu national et une coordination est nécessaire afin que n’émergent pas des projets isolés qui s’avéreraient incompatibles entre eux. Des normes et des
Vidéosurveillance Il faut poser des limites claires à la vidéosurveillance L’expansion de la vidéosurveillance menace toujours plus la sphère privée des citoyen-n-es. privatim, l’association des commissaires suisses à
Pourquoi le vol de donné... Les données de 800 000 clients, dont leurs nom, date de naissance et numéro de téléphone mobile, ont été volées chez un partenaire de l’opérateur. Ces informations pourraient
La protection des donnée... Le gouvernement américain exige d’obtenir des données stockées en Irlande sans recourir à la coopération juridique internationale. Une affaire qui devrait, pour le juriste Théodore Christakis dans