Collaboration digitale pendant la crise du Corona

Actuellement, les administrations publiques et les écoles cherchent d’urgence des solutions numériques pour assurer la coopération pendant la situation extraordinaire provoquée par la crise du Covid-19.

Les situations extraordinaires appellent des mesures extraordinaires. C’est pourquoi l’utilisation de services/solutions dont la conformité avec la protection des données n’est pas pleinement garantie peut sembler admissible pendant la durée d’une situation extraordinaire.  Pour l’utilisation après la fin de la situation extraordinaire, les conditions normales s’appliquent de nouveau.

Le préposé à la protection des données du canton de Zurich, en coopération avec d’autres membres de privatim, vérifie constamment des services/solutions utilisés. Les résultats sont compilés et mis à jour dans une liste (en allemand uniquement). Y sont répertoriés d’une part les services/solutions jugés conformes à la protection des données et dont l’utilisation peut être recommandée, et d’autre part les services/solutions dont l’utilisation peut être jugé possible pendant la durée de la situation extraordinaire due à la crise du Corona, mais pour lesquels les conditions préalables pour une utilisation après la situation extraordinaire ne sont actuellement pas remplies (par exemple, Office 365 en dehors du secteur de l’éducation). Pour cette deuxième catégorie, il faut veiller à ce qu’il soit possible d’en sortir complètement à la fin de la situation extraordinaire et que les conditions ordinaires soient de nouveau respectées.

Les organes publics continuent à être responsables de l’utilisation de ces services/solutions. En particulier, la garantie de la sécurité des informations nécessaire doit toujours rester assurée. Une cyber-attaque réussie sur le système informatique (par exemple d’un hôpital) peut causer bien plus de dommages qu’une coopération numériquement suboptimale aurait pu causer au préalable.

Pendant la crise du Covid-19 aussi, les préposés cantonaux à la protection des données sont à disposition des organes publics pour les conseiller sur l’utilisation de ces services/solutions et ils restent responsables de la surveillance.

Vous trouverez la liste des services/solutions ici: https://dsb.zh.ch/internet/datenschutzbeauftragter/de/themen/digitale-zusammenarbeit.html

 

Articles similaires

Edward Snowden: «Ne cess... Dans le cadre des Applied Machine Learning Days, Edward Snowden a livré durant cinquante minutes un plaidoyer clair et précis pour la défense des libertés individuelles sur
Yuval Noah Harari: the wo... Today, for the first time in human history, technology makes it possible to monitor everyone all the time. 20.3.20, Financial Times
L’authentification fort... Les profils des utilisateurs qui renseignent leur numéro de téléphone comme second facteur d’authentification deviennent automatiquement identifiables auprès de tous sur le réseau social. 4.3.19, 01net.com
«Nous confions tout à u... Jonathan, hacker professionnel berlinois appelle les internautes à se protéger d’un monde numérique capable aujourd’hui de biaiser la réalité et dans lequel des individus isolés peuvent menacer
Deux nouveaux projets de ... Avec l’avant-projet de la loi fédérale sur les précurseurs de substances explosives (loi sur les précurseurs, LPREX) et l’avant-projet de loi fédérale sur les mesures policières de
Whats up, WhatsApp? La publication d’une nouvelle version des conditions d’utilisation de WhatsApp le 4 janvier a entrainé un vaste mouvement de migration des utilisateurs sur d’autres services comme Telegram
N’utilisez pas Zoom Les dangers de l’application Zoom: interview de Sébastien Fanti, préposé valaisan à la protection des données. 29.3.20, Forum RTS
Amazon suspend temporaire... Après IBM, Amazon renonce à son tour à l’utilisation des technologies de reconnaissance faciale, mais dans une moindre mesure. Il ne s’agit pas d’un abandon définitif, mais
Les Etats renforcent la p... La nouvelle loi sur la protection des données divise les esprits. En automne, le National a passablement édulcoré le texte. Le Conseil des Etats a au contraire renforcé mercredi
Données du registre fonc... La saisie électronique et la publication des données du registre foncier sur Internet comportent des risques pour les droits de la personnalité des personnes concernées; il s’agit