Résolution: Manque de ressources au sein des autorités de protection des données

Le 20 décembre 2019, la Conférence des gouvernements cantonaux (CdC) adopte, après le Conseil fédéral, la nouvelle stratégie suisse de cyberadministration de la Confédération, des cantons et des communes pour les années 2020-2023. Un nouvel élan doit ainsi être donné à la digitalisation des administrations publiques. Pour cela, des ressources personnelles et financières sont attribuées à tous les niveaux de l’Etat.

La digitalisation de l’administration amène de nouveaux défis pour la protection de la sphère privée des personnes concernées. Les principes « digital first » et « once only », ainsi que la gestion commune de données à travers tous les niveaux étatiques créent de nouveaux risques. La digitalisation de l’administration ne peut être couronnée de succès que si la confiance des citoyennes et citoyens est acquise. Il sera là décisif de garantir la protection de leur droit fondamental à la protection des données et à l’autodétermination informationnelle aussi au sein de l’administration digitale.

Les chef(fe)s de projets de digitalisation, dont la complexité augmente, ont besoin de partenaires compétents pour traiter des questions difficiles de protection des données. Les autorités de protection des données sont là pour cela. Mais les ressources nécessaires leur manquent. En juin 2018, privatim, la conférence des préposé(e)s suisses à la protection des données, a rendu attentif à la situation précaire en matière de ressources dans la majorité des cantons. Les recommandations après l’évaluation Schengen 2018 pointent également du doigt ce point faible. Dans quelques cantons, des augmentations timides des ressources des autorités de protection des données ont eu lieu ou sont planifiées. Dans la grande majorité des cantons, les ressources ne suffisent néanmoins toujours pas aux autorités de protection des données pour accomplir leurs tâches.

privatim saisit l’occasion de l’adoption de la stratégie suisse de cyberadministration 2020-2023 pour indiquer une fois de plus que la digitalisation a besoin de confiance. La protection des données la crée. Elle a besoin d’autorités compétentes, indépendantes et efficaces. Et pour cela, celles-ci ont besoin des ressources personnelles et financières nécessaires pour accomplir leurs tâches.

Les préposé(e)s à la protection des données sont encouragé(e)s à annoncer leur besoin en ressources auprès des cantons. Les parlements sont encouragés à accepter les ressources personnelles et financières nécessaires à l’accomplissement des tâches légales dans les budgets des autorités de protection des données.

Berne, le 18 décembre 2019

Personnes de contact:
(français) Christian Flückiger, membre du bureau de privatim,
+41 32 420 90 90, christian.flueckiger@ppdt-june.ch
(allemand) Beat Rudin, président de privatim, +41 61 201 16 40, beat.rudin@dsb.bs.ch 

Lire en version PDF

Articles similaires

La sphère privée des cr... La protection de la sphère privée est un droit fondamental dont le respect concerne toutes les personnes en Suisse y compris les requérants d’asile. Un nouveau avant-projet de
«Nous confions tout à u... Jonathan, hacker professionnel berlinois appelle les internautes à se protéger d’un monde numérique capable aujourd’hui de biaiser la réalité et dans lequel des individus isolés peuvent menacer
L’authentification fort... Les profils des utilisateurs qui renseignent leur numéro de téléphone comme second facteur d’authentification deviennent automatiquement identifiables auprès de tous sur le réseau social. 4.3.19, 01net.com
Plus que jamais: attentio... Tant en Suisse qu’en Europe, les Etats rappellent les conditions dans lesquelles les données personnelles peuvent être collectées, utilisées et stockées. En cette période de pandémie, c’est
Google Street View Les images prises pour Google Street View violent le droit suisse de la protection des données. privatim, l’association des commissaires suisses à la protection des don-nées demande
Le coup d’Etat dont nou... On peut avoir la démocratie, on peut avoir une société de surveillance, mais on ne peut pas avoir les deux, plaide Shoshana Zuboff, sociologue et professeure à
Contrôle cantonal des fa... Selon la loi sur l’assurance-maladie, les cantons doivent couvrir au moins 55% du mon-tant des prestations stationnaires dans le domaine de l’assurance obligatoire des soins. privatim, l’association
Belgique : Facebook doit ... Le tribunal de première instance de Bruxelles a ordonné ce vendredi au réseau social Facebook de s’aligner sur la loi belge de protection des données en cessant
Zuckerberg fait amende ho... Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a présenté mardi ses excuses devant le Parlement européen, comme il l’avait fait devant les parlementaires américains, pour les lacunes du
Les Etats renforcent la p... La nouvelle loi sur la protection des données divise les esprits. En automne, le National a passablement édulcoré le texte. Le Conseil des Etats a au contraire renforcé mercredi